Avec ses saveurs ensoleillées, sa couleur vert-or, l’huile d’olive nous emmène en Méditerranée dans des pays où la chaleur des cœurs se concentre en bouteilles. Qu’elle soit « douce », caressant tout en nuance le palet. « Herbacée », amenant une touche piquante ou encore « ardente » toute de caractère, elle accompagne à merveille tous les mets. Et permet ainsi de sublimer un poisson, ou d’apporter une touche corsé à des pâtes. En plus de raviver nos papilles, elle contribue à nous apporter santé et vitalité !

L’huile d’olive, L’or vert…

choix bonne huile olive

Depuis l’Antiquité, l’huile d’olive est considérée comme la Reine des huiles et ne cesse de fasciner. Elle contient des Oméga 9 qui contribuent à la bonne santé cardio-vasculaire. Mais c’est surtout la présence de vitamine E, provitamines A et polyphénols qui lui confèrent ses vertus antioxydantes, contribuant ainsi à la longévité de ses consommateurs. Il n’est donc pas étonnant de la trouver au cœur du célèbre « Régime Crétois ». En tant qu’assaisonnement de choix de nombreux plats de légumes, de céréales complètes ou de poissons gras ( riches en Oméga 3 )…

Une huile d’olive c’est :

  • Un terroir : Le terroir et la nature du climat vont donner à l’huile tout son potentiel aromatique. Elle exhale ainsi des mélanges de parfums en puissance, en nuance, ou en touche tels que beurrés, pomme, amande grillée, poivre vert, artichaut…
  • Un producteur : Le respect du produit brut est ce qui doit importer au producteur. L’huile pour être saine ne doit pas être issue d’un terrain imprégné d’engrais chimiques ou de pesticides. Les petits producteurs sont souvent plus proches de leurs produits.
  • Une période : Plus la production est petite et plus le respect des délais de cueillette et d’extraction seront respectés. La cueillette se fait normalement aux mois d’octobre-novembre quand l’olive est encore sur l’arbre. L’huile est ensuite extraite au maximum, dans les deux heures qui suivent cueillette. Or, de plus en plus souvent, l’olive est cueillie à maturité, quand elle est noire et parfois même quand elle tombe de l’arbre. Cette huile, que l’on appelle « fruitée noire », est en fait une huile de moins bonne qualité. De plus, elle a tendance à s’oxyder, du fait de son extraction tardive (le lendemain ou sur-lendemain, à cause de la quantité importante d’olives cueillies en même temps).

Conseils pour une huile de qualité

huile d'olive choisir

Vous vous dites probablement, comment de manière pratique trouver une huile d’olive savoureuse qui nous prodigue tous ses bienfaits ? ».

Eh bien certains éléments sont à prendre en compte quand on choisi une huile d’olive :

  • Elle doit être biologique ou fabriquée par des petits producteurs afin de garantir sa bonne qualité :
    • Vous avez la mention AB inscrite sur la bouteille.
    •  Vous pouvez aussi avoir écrit le nom du producteur (dans certains magasins comme Olivier&Co c’est le cas).
    • Mieux encore, vous avez sur certaines bouteilles le label biodynamique DEMETER, qui est gage de très bonne qualité.
  • Quelle que soit l’huile d’olive elle contient la mention « Extra Vierge » condition sine qua non pour la vente en France. Elle doit aussi avoir la mention « extraite à froid », ce qui signifie tout simplement qu’elle est crue, indispensable pour nous faire profiter au mieux de ses vertus et nous régaler de ses arômes.
  • Cet Or-vert a besoin d’être conservé dans des bouteilles de verre opaque ou des bidons en inox. Car l’huile exposée à la lumière, perd petit à petit de ses propriétés. Et si trop exposée, elle peut devenir impropre à la consommation. Si vous laissez votre huile 2-3 jours au soleil elle devient transparente et rance.

D’autres indices

huile d'olive choix

  • La date de fabrication de l’huile d’olive est aussi un bon geste. Consommée proche de cette date, vous bénéficiez au mieux de ses apports. De plus, L’huile à sa fabrication a un taux d’acidité inférieur à 0,8 % . A 0,2%, on peut considérer qu’il s’agit d’une très bonne huile. Cette valeur augmente au fur et à mesure du temps. Si vous consommez une huile qui à l’origine est à 0,7% par exemple, l’année suivante ce taux atteindra environ 1,2%, bien supérieur à 0,8. Mais, cette valeur n’est jamais inscrite sur les bouteilles. Donc, plus vous la consommerez proche de la date de fabrication, plus le taux d’acidité sera faible. ( Idéalement ne pas consommer plus de deux ans après).
  • Sur certaines huiles d’olives, vous avez le taux de polyphénols. Un taux élevé (plus de 400mg/kg) garantit la qualité des olives (qui ont été cueillies au bon moment) et surtout un bon apport en antioxydants. Une huile d’olive « fruitée noire » faite avec des olives récoltées trop mûres et souvent oxydées (dû au mauvaises conditions de stockage) auront un taux de polyphénols très bas. Vous avez par exemple l’huile Omphacine, faite à base d’olive très jeunes et particulièrement riche en polyphénols

Vous l’aurez compris, si vous voulez manger bon et sain, n’arrêtez pas vos apports en acides gras ! L’idéal est de consommer quatre à six cuillères à soupes d’huile d’olive par jour et associez-la à une bonne huile de colza ou de noix (avec un bon rapport Oméga 3-6) !

Vous aimez cet article ? Épinglez-le !

huile d'olive bien choisir