Dans une société où tout va de plus en plus vite, notre façon de manger n’a pas dérogé à la tendance. Prendre le temps de nous nous nourrir n’est plus une priorité, nous avalons ou préférons choisir des aliments qui glissent tout seuls, pensant que l’on fera ainsi l’économie d’une bonne mastication. Seulement nous ne pensons pas aux conséquences : mauvaise digestion, surpoids, fatigue…. Prendre le temps de mâcher, n’est pas une option, mais une nécessité si l’on veut garder un corps en santé !

Mais qu’est-ce exactement que la mastication ?

Stricto sensu, cela consiste à broyer un aliment avec les dents par le mouvement des mâchoires. Mais dans le processus, l’action mécanique de réduction de la nourriture en éléments plus simples, n’agit pas seule et a besoin de la participation de la salive. C’est elle qui a un rôle central et qui grâce à l’action de ses enzymes va permettre la décomposition des éléments ingérés. Et c’est en les conservant un certain temps en bouche que l’effet de la mastication sera optimal. D’ailleurs il existe un dicton qui dit : « mâcher les liquides et boire les solides ».

Mâcher oui, mais pourquoi ?

  • Pour détruire les parois des bactéries pathogènes grâce à l’action du lysozyme contenue dans la salive, premier moyen de défense.
  • Broyer les aliments et empêcher un rallongement du travail des organes de la digestion.
  • Réduire les amidons en sucres plus simples grâce à l’amylase salivaire et participer à la bonne nutrition de nos cellules.
  • Identifier, analyser ce qui entre dans la bouche
  • Retrouver les sensations d’appétit et de satiété ( c’est après 20 minutes que le cerveau envoie l’ordre de sécréter la leptine appelée aussi « hormone de satiété » )

Ce qui permet d’agir positivement sur :

  • La régulation du poids, grâce au retour des sensations de faim et de satiété et par une meilleure assimilation. Ainsi, le corps ne stocke plus en fabriquant de mauvaises graisses.
  • La digestion et par voie de conséquence sur l’assimilation. Car en extrayant toutes les qualités nutritives des aliments dans la bouche, le cerveau reçoit les informations nécessaires à la préparation des organes de la digestion et à une réalisation correcte de leur travail.
  • La sensation de fatigue : notre énergie n’étant plus consacrée entièrement à une digestion trop longue
  • La qualité des dents : tout organe qui n’est pas utilisé s’atrophie, il en est de même pour les dents. Si elles ne sont pas utilisées elles se dégradent.

Savourer, tout un art…

Manger n’est donc pas un acte anodin. Il se prépare et va du choix des aliments à sa présentation dans l’assiette. Préférer des aliments bios, cultivés par un producteur passionné et amoureux de son travail. Prendre le temps de les cuisiner tout en ouvrant ses sens : ressentir les texturesécouter « le chant » de la cuissonsentir les parfums et contempler une jolie assiette. Toutes ces étapes sont fondamentales, pour nous amener à retrouver du plaisir à la dégustation. Car manger est un acte empli de sens. Nous ne nourrissons pas seulement notre corps, nous nourrissons également nos sens mais aussi et surtout notre esprit.

Bibliographie :
France Guillain, Mastiquer c'est la santé, retrouver le goût et le plaisir de manger, Editions Jouvence, 2004